Home » Product » Dynamique forestière post-conflits armés de la Forêt classée du HautSassandra (Côte d’Ivoire)

Dynamique forestière post-conflits armés de la Forêt classée du HautSassandra (Côte d’Ivoire)

A la faveur de la crise militaro-politique qu’a connue la Côte d’Ivoire de 2002 à 2011, la forêt classée du Haut-Sassandra alors véritable vestige des forêts denses semi-décidues du Centre-Ouest du pays, a été fortement infiltrée par les populations agricoles pour la cacaoculture. Ainsi, de nombreux fronts pionniers ont été ouverts et dont la conséquence […]

ISBN: 978-9975-146-80-9

24.00

Categories: ,

Additional information

ISBN

978-9975-146-80-9

Language

Number of pages

38

Description

A la faveur de la crise militaro-politique qu’a connue la Côte d’Ivoire de 2002 à 2011, la forêt classée du Haut-Sassandra alors véritable vestige des forêts denses semi-décidues du Centre-Ouest du pays, a été fortement infiltrée par les populations agricoles pour la cacaoculture. Ainsi, de nombreux fronts pionniers ont été ouverts et dont la conséquence est la substitution des surfaces forestières par des cacaoyères. L’objectif visé par cette étude essentiellement réalisée au Nord de la Forêt classée du Haut Sassandra était de déterminer, sur la base de rendus cartographiques, les différentes classes qui se partagent désormais cet espace domanial et d’évaluer les surfaces forestières subsistantes d’une part ; et de suivre la dynamique de ces classes d’occupation du sol de 2001 à 2013 d’autre part. À cette fin, deux images satellitaires Spot 4 du 14/12/2001 (scène 190.53) et Spot 5 du 28/12/2013 (scène 192.53) ont été acquises et traitées. Il est ressorti de ces travaux que les surfaces des forêts denses humides naturelles ont fortement régressé dans la zone d’étude passant de plus de 37000 hectares en 2001 à 7844 hectares en 2013 (soit 79, 22 % de régression). Au contraire, les surfaces des mosaïques Jachères-cultures ont fortement augmenté passant d’environ 9900 hectares à plus de 36 374 hectares. Du massif forestier du Nord de la forêt classée du Haut-Sassandra, ne subsistent que des fragments de forêts de tailles variables et généralement dégradés. Toutefois, une reconstitution naturelle est toujours possible si les activités agricoles en cours s’estompent et que l’espace domanial de la FCHS bénéficie d’une surveillance adéquate.